Spirou et Fantasio


 Page 1 sur 1 [ 12 messages ] 
Auteur Message

Zorg [LUB]

Jeune Légende

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 09 Mai 2009 18:45
  • Messages: 2113
  • Localisation: In your motherfucking motherfucker ass ! Motherfucker !
  • Titre: Eviv Bulgroz /!
  • Dollars: -5 696.44$
Sujet du message: Spirou et Fantasio
Publié: 29 Déc 2013 0:38

Il y a plusieurs raisons qui motivent la création de ce sujet.

Tout d'abord, je me rends compte qu'ici peu de personnes ne connaissent le personnage de Zorglub : combien de fois m'a-t-on demandé de qui il s'agissait, et d'où il sortait. Ça me fait faire des bonds à chaque fois, mais pire que ça, certains ne connaissent même pas la BD Spirou et Fantasio, en désignant Spip par le simple terme d'"écureuil" ! Ou alors qui pensent que cette BD est un spin-off du Petit Spirou alors que c'est bien évidemment le contraire !

Mais la raison principale qui motive la création de ce sujet, c'est rendre justice ! Eh oui ! Comment se fait-il que sur ce forum qui a maintenant plus de 10 ans, il n'y ait pas un SEUL sujet sur Spirou ? C'est honteux !


Il y a tant à dire ! Je ne sais même pas par où commencer.
Par le début, ça semble bien.

Alors le personnage de Spirou, ce jeune groom roux vétu de son vêtement caractéristique et sa toque employé au Moustic Hotel, est né de la plume de Robert Velter (Robvel) le 21 avril 1938 dans les pages du magazine... Spirou ! On peut pas faire plus simple.

Image


Voici alors sa première apparition :
Image


Dans les premiers numéros de ce nouveau magazine des éditions Dupuis, on retrouve donc les aventures de Spirou, Bibor et Tribar, Tif (qui plus tard sera accompagné de Tondu), et quelques comics américains. Je ne vais pas m'étendre sur les origines de ce magazine qui, précisons-le existe toujours - et, pour y avoir été abonné pendant de nombreuses années, est vraiment excellent - car il y aurait vraiment VRAIMENT trop de choses à dire, et bien entendu, je suis loin d'en connaître toute l'histoire.

Pour en revenir au personnage de Spirou, pendant les première années, il fait l'objet d'aventures s'étalant sur une page, une demi page, 2, ou 3, ou 4 pages. Des petites histoires courtes, qui aujourd'hui encore n'ont pas fait l'objet de véritable rééditions, et donc ne sont pas trouvables dans leur intégralité.

Si je ne m'abuse, Spirou rencontre son petit animal de compagnie à poils, Spip, en 1939, soit peu de temps après sa création. Pendant plusieurs années, en raison de la guerre, Spirou va passer de mains de dessinateurs en mains de dessinateurs, pour finalement atterrir en 1943 entre celle de Joseph Gillain alias Jijé (auteur de Jean Valhardi, Blondin et Cirage, Jerry Spring, etc)
Image


C'est à partir de cette période que Spirou va rencontrer le célèbre Fantasio, journaliste pour le magasine Moustic (homonyme du véritable journal Moustique). Au départ très loufoque et brillant inventeur, Fantasio deviendra au fil du temps de plus en plus sérieux, voire méchant en présence de certains personnages (Seccotine, Gaston, le Marsupilami), mais il reste tout de même un personnage drôle.

À la fin des années 40, Jijé confie Spirou et Fantasio au jeune André Franquin, qui ajouta une pléiade de nouveaux personnages à la série, et qui transforma les courtes aventures en histoires longues d'une quarantaine de pages, pour édition.
Parmi les personnages les plus connus que Franquin à adjoint aux deux héros, on retrouve le Comte de Champignac, mycologue un peu fou ami de Spirou et de Fantasio, Seccotine, reporter au Moustique aussi, mais qui devancera souvent Fantasio quand il s'agira d'obtenir un scoop. Zantafio, le diabolique cousin de Fantasio. Mais aussi Le Marsupilami, un animal rare venu tout droit de Palombie, Gaston, qui travaille à la rédaction de Spirou, mais dont on ne connaîtra jamais le véritable métier (il y a aussi beaucoup à dire sur Gaston, peut-être créerai-je un sujet dédié à lui), et bien entendu Zorglub, le méchant nerveux et maladroit, un peu mégalomane qui s'est créé une armée (les Zorglhommes) parlant sa propre langue (la Zorglangue), et qui réalise des inventions plus ou moins de qualité (la Zorglonde entre autres).

Image Image Image Image Image


C'est durant ces années-là que la BD Spirou et Fantasio était à son apogée. Franquin à réalisé une vingtaine d'albums sortis entre 1950 et 1974. Beaucoup d'auteurs et jeunes auteurs l'ont assisté sur la série, bien souvent en dessinant les décors des cases.

Franquin va alors se lasser de la série et préférer développer le personnage de Gaston et débuter de nouveaux projets plutôt que continuer Spirou. Suite à cela, la série à été reprise par Fournier (aussi connu pour Les Crannibales), qui a réalisé 9 albums.

Image


Fournier intégrera Spirou dans son époque tout d'abord en lui changeant radicalement ses habits de groom, et en le mettant en scène dans les aventures plus contemporaines (la guerre, le nucléaires, etc).

Le rythme de production ralentit et la maison d'édition décide de changer d'auteur. Après plusieurs tergiversation, c'est Raoul Cauvin (scénario) et Nic Broca (dessin) qui reprenne le flambeau, pour trois aventures seulement. En effet, bien que Cauvin soit connu et reconnu comme scénariste des Tuniques Bleues, des Psys, des Femmes en Blanc, de Cédric, de l'Agent 212, etc, le public n'accroche pas.
Parallèlement, Franquin cède les droits du Marsupilami à la concurrence, ce qui implique la disparition définitive de l'animal de la série. Il s'agit déjà du 2ème spin-off de la série après Gaston (resté à Dupuis).

Image


Dans la première moitié des années 80, Yves Chaland est consenti pour reprendre la série. Il débute alors une histoire qui finalement restera inachevée lorsque les éditions Dupuis décide que ce seront Tome et janry qui seront aux manettes. L'aventure sera toutefois terminée, et publiée sous le titre "Coeurs d'Aciers", mais ne fera jamais parti officiellement de la série.

Image


Tome et Janry reprennent donc la main et réalisent pas moins de 14 albums. Ils entreprennent de rajeunir la série, ce qui est un véritable succès, même si l'esprit originel s'efface peu à peu. C'est ainsi que l'univers de la série frôle parfois le paranormal, sans pour autant être totalement loufoque. C'est après la parution de l'album La jeunesse de Spirou en 1983 qu'ils décident de poursuivre les aventures de la jeunesse de Spirou, dans Le Petit Spirou, parallèlement à la série mère. Il s'agit donc de la 3ème série dérivée.
Afin de renouveler encore une fois la série, leur dernier album, Machine qui Rêve, est résolument différent des précédents. Le style graphique change radicalement et donne un style beaucoup plus réaliste. L'histoire est sombre, sans un seul passage humoristique, et même les espaces entre les cases sont noircis sur chaque pages, pour accentuer ce côté sinistre. Le changement de style du dessin de Janry est flagrant dans l'image ci-dessous.

Image


Peu soutenue, l'expérience d'un Spirou sombre s'arrête là, et pendant 6 ans aucun nouvel album ne sortira. Seul une parodie de Lewis Trondheim, L'Accélérateur Atomique verra le jour, mais encore une fois, cette histoire ne fait pas partie de la collection principale.

Finalement, c'est Morvan et Munuera qui s'y collent en réalisant 4 albums, dans un style proche de Franquin, mais rajeuni. Un essai pour un spin-off version Manga est réalisé mais ne connaîtra aucune poursuite. Dans ces seuls quatres albums, on retrouve pas moins de 3 personnages créée par Franquin en plus du comte de Champignac : Zorglub, Zantafio et Seccotine. À cela s'ajoute un nouveau personnage Miss Flanner, ancienne camarade de classe de Champignac et Zorglub. Leur dernier album Aux sources du Z est un véritable homage à Franquin, reprenant partiellement certaines scènes des tous premiers albums, redessinées pour l'occasion.

Image


Mais depuis la reprise, le succès n'est pas au rendez-vous. Les éditions Dupuis se lancent alors dans un nouveau projet, en créant une nouvelle série non pas dérivée mais parallèle, dénommée "Le Spirou de...", dans laquelle des auteurs triés sur le volet réalisent une unique histoire. Ceci permet alors de sortir des albums plus rapidement, d'explorer plusieurs univers, mais aussi probablement de déterminer qui reprendra la série originale. C'est ainsi que 6 albums sortent entre 2006 et 2010. Depuis cela plus rien, même si certains auteurs affirment travailler sur leur propre aventure de Spirou.
Je ne me souviens plus vraiment des différentes histoires, mais deux d'entre elles revisitent brillamment le passé de Spriou, au moins l'une d'elle contient des passages plus ou moins surnaturels, et pour le reste, je n'ai pas été marque plus que ça.

Toujours est-il que depuis 2010, c'est Yoann et Velhmann qui reprennent la série principale après avoir publié le premier album de la série parallèle. À ce jour, ils ont déjà publié 3 albums, dont 2 où on retrouve Zorglub. Le style graphique est très proche de celui de Franquin

Image



Voici donc (en petit, désolé j'ai pas pu trouver plus gros) une phrise chronologique reprenant les auteurs des albums de la série principale :

Image


On compte pas moins de 12 auteurs ! Auxquels ont peut ajoutés les 7 autres auteurs de la série parallèle, et au moins 5 ou 6 autres ayant travaillé sur les décors à l'époque de Franquin (dont Roba, Jidéhem, greg, Maurice Rosy, etc). Soit plus de 25 auteurs !

La série principale comporte actuellement 53 albums, auquels ont peut ajouter les 6 de la série parallèle, les 4 hors série, et les 16 albums du petit Spirou. Et ça sans compter les histoires jamais rééditées (10 premières années du magazine Spirou environ) ou celle rééditées ça et là à différentes occasions.

L'univers de Spirou est énorme. Les albums ont été traduits en une dizaine de langues.
Il y a eu des adaptations pour la télévision, en 1992 (52 épisodes) et en 2006 (26 épisodes) pour Spirou et fantasio, et une en 2012 (78 épisodes) pour le Petit Spirou. Sans compter les jeux vidéos.
Ajoutons à cela les séries dérivées dont le Marsupilami qui a aussi fait l'objet d'apatations à la télévision et au cinéma, tout comme Gaston (télé et cinéma).

On retrouve aussi fréquemment Spirou et/ou Fantasio dans d'autres séries de chez Dupuis : dans Gaston, mais aussi dans l'Élan, Le Boss, etc. Mais aussi très fréquemment bien entendu dans le magazine Spirou sous forme de brèves apparitions ou d'histoires courtes. Cet article de wikipedia recense une bonne partie des histoires publiées dans le magazine, éditées ou non en album. On remarquera qu'il y en a énormément ces dernières années.


Je vous l'accorde, j'ai fait une présentation qui n'appelle pas vraiment à débat. Mais l'objectif de ce message c'est de vous faire découvrir un univers génialissime qui, malgré son âge et son importance est relativement méconnu en France. C'est quelque chose que je trouve dommage.
D'autant plus que ce qui fait la force de cette BD, c'est d'avoir connu plusieurs auteurs, ce qui lui confère différents univers plus ou moins riches, plus ou moins réussis, mais toujours captivants. Lisez un album de Tome et Janry et un de Franquin : style différent. Lisez un des premier de Franquin et l'un de ses dernier : style différent. C'est un avantage : personne ne peut dire "Spirou ? J'aime pas". C'est impossible, tellement il y en a pour tous les gouts.

Je pense que d'ici quelques temps, je vais essayer de vous présenter quelques albums. Pour ma part, je suis fan inconditionnel de la période Franquin. Et j'aimerais énormément mieux connaître les périodes Robvel et jijé, mais là c'est mission impossible. En tout cas impossible de retrouver l'intégralité de leur travaux sur Spirou et fantasio.
Et c'est peut-être parce que j'adore les débuts du personnage, que j'ai beaucoup aimé les deux albums traitant de la jeunesse de Spirou dans la série parallèle, tout comme j'ai apprécié (mais dans une moindre mesure en raison des incohérences) le dernier album de Morvan et Munuera.


Et vous, qu'en pensez-vous ?




Image


Un personne aime ce message : xavier

Abraham 95

Nouvel Immortel

Citoyen de Springfield

Avatar de l’utilisateur

Sujet du message: Re: Spirou et Fantasio
Publié: 30 Déc 2013 19:22

Tu marques un point, l'ami.
C'est vrai que je n'ai jamais foutu ne serait-ce qu'un coup d’œil dans un album de Spirou. Pourtant, je connais presque par cœur son grand concurrent Tintin...
:doute:
Après, évidemment, j'avais déjà lu de manière sporadique des extraits les rares fois où j'avais lu Spirou Magazine.
Le problème, c'est qu'il y a cinq ans, j'aurais pu m'emparer du sujet, mais ça fait quelques années que je me peine à vraiment m'intéresser à la BD.
Mais... Tu marques un point.




"One Wig Is What It's All About."
mmôôberrrgbeuwarrrrrghhhhhh

Fry3000

Nouvel Immortel

Citoyen de Monorail City

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 24 Fév 2004 19:36
  • Messages: 5668
  • Localisation: La planète Terre
  • Titre: Slasher
  • Dollars: 505.00$
Sujet du message: Re: Spirou et Fantasio
Publié: 30 Déc 2013 19:39

J'en ai déjà lu, mais parce qu'on m'a offert des albums. J'ai lu les premières aventures de Spirou, et aussi l'album où il devient noir. Vous imaginez, si vous deveniez noir ?! Le choc.
Abraham tu parles de Tintin, et je trouve ça intéressant parce que les deux personnages ont un point commun : ils vivent toutes leurs aventures entre hommes ! Jamais une femme ne les accompagne ! Ou alors, dans le cas de Tintin, il y a cette femme qui ne suscite aucune pensée déplacée, la Castafiora ; d'ailleurs son nom sonne un peu comme "castration", ça ne peut être un hasard.
Ils ont chacun leur fidèle compagnon, mais est-ce que toute cette testostérone réunie dans le même espace ne les rend pas fous ? Pourquoi Spirou est-il toujours avec Fantastio, et Tintin avec Haddock ou Tournesol ? Et ce n'est même pas comme s'ils manifestaient de l'attirance pour la compagnie masculine, sont-ils asexuels ? Où est passé le Spirou lubrique qu'il était durant son enfance ? (je dis ça pour que Zorg saute au plafond et s'y cogne la tête).
D'après ce que j'ai lu, dans "Tintin et l'alph-art", le héros aurait commencé à manifester de l'intérêt pour le sexe opposé :
http://www.senscritique.com/bd/Tintin_e ... e/12241722
Est-ce que c'est comme dans le manga "Love story", où il aurait fallu attendre 40 tomes pour qu'il se passe quelque chose ?
Moi je pense qu'ils devraient se lâcher un coup, dans un album. Les lecteurs assidus se diraient tous "ENFIN !", bien qu'ils n'oseraient l'avouer en société.

Heureusement, la tension est relâchée grâce à ce fan-art que vous pouvez lire ici :
http://www.gamekult.com/forum/topic-pla ... st17212304
Attention, c'est pas pour les enfants. Mais ça devrait plaire à Staline.




Image

Loukos Luke

Illustre Immortel

Citoyen de Monorail City

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 26 Juil 2005 21:04
  • Messages: 7573
  • Localisation: Loin de chez lui
  • Titre: Pauvre cow-boy solitaire
  • Dollars: 3 072.14$
Sujet du message: Re: Spirou et Fantasio
Publié: 30 Déc 2013 20:23

Y'a quand même Sécotine qui vit quelques aventures avec le duo non ? J'me souviens d'au moins une avec elle,mais de là vous dire laquelle.Et Sécotine est quand même beaucoup plus engageante que la Castafiore ^^

J'ai pas lu énormément de Spirou,ou alors en épisodes dans les magasines que je chopais et du coup il me manquait toujours des passages ... Je me rappelle de Z comme Zorglub et d'un autre,toujours avec Zorg ou ils se retrouvent dans le futur (ou alors c'est le même ?).Ceux là m'avaient beaucoup plu.

J'en ai lu quelques uns après l'époque Franquin aussi,mais rien qui ne m'ait vraiment marqué ...




Un tournoi Fifa 14 sur PS3 ? Cliquez !

Fry3000

Nouvel Immortel

Citoyen de Monorail City

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 24 Fév 2004 19:36
  • Messages: 5668
  • Localisation: La planète Terre
  • Titre: Slasher
  • Dollars: 505.00$
Sujet du message: Re: Spirou et Fantasio
Publié: 30 Déc 2013 22:03

Ah et du coup comment Spirou réagit à cette présence féminine ?

Je tape "Sécotine Spirou" sur Google, je trouve :
-Une photo d'une figurine que j'avais étant enfant (ça devait venir de Quick, je ne savais pas qui était cette demoiselle).
-Un dessin de Sécotine nue ! Roooh !




Image

Manta

Légende

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 03 Sep 2008 2:13
  • Messages: 4877
  • Dollars: 83 785.16$
Sujet du message: Re: Spirou et Fantasio
Publié: 31 Déc 2013 0:34

Je lisais les Spirou quand j'étais petit et j'ai beaucoup apprécié l'album introduisant le marsupilami, avec Seccotine présentant les moeurs et l'habitat de l'animal. (Oui, je suis pas fou, Seccotine s'écrit bien comme ça.)

Je regardais aussi le dessin animé à l'occasion. Il m'arrive encore à l'occasion de beugler "Rêver d'aventu-u-u-res, extrao-rdinai-ai-aires" (plus ou moins intensément selon mon niveau d'alcoolémie).



(Ah mince, c'est dans le générique de fin qu'il y a des paroles. On notera au passage le découpage en cases BD, qui me rappelle le début du générique de Tintin.)




Image

Zorg [LUB]

Jeune Légende

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 09 Mai 2009 18:45
  • Messages: 2113
  • Localisation: In your motherfucking motherfucker ass ! Motherfucker !
  • Titre: Eviv Bulgroz /!
  • Dollars: -5 696.44$
Sujet du message: Re: Spirou et Fantasio
Publié: 31 Déc 2013 0:40

Abraham 95 a écrit:
Tu marques un point, l'ami.
C'est vrai que je n'ai jamais foutu ne serait-ce qu'un coup d’œil dans un album de Spirou. Pourtant, je connais presque par cœur son grand concurrent Tintin...


C'est marrant que tu dises que Spirou est un concurrent de Tintin. Pendant longtemps j'ai pensé la même chose. Et je généralise peut-être, mais il me semble effectivement qu'en France on lit beaucoup plus Tintin que Spirou.

En fait, Tintin et Spirou, même s'ils ont des caractéristiques similaires (Un emploi qui ne les prédestine pas à l'aventure, un compagnon avec un caractère bien à lui, un animal de compagnie, et une flopée de personnages dont on retrouve l’équivalent dans l'autre BD) n'ont fondamentalement pas été créés dans les mêmes buts.

Petit aparté : Mes propos dans mon précédent message ne le transpirent pas forcément, mais la période qui me plaît le plus dans l'histoire de Spirou, c'est celle de ses débuts : la période Rob Vel. Et donc, après posté ce sujet, je me suis lancé dans des recherches pour voir ce qu'il y avait de neuf chez Spirou (oui, ça fait un moment que je n'ai plus mis le nez dedans, que ce soit un album ou un journal). En 2013, Spirou fête ses 75 ans, et à cette occasion, Dupuis a édité pour la première fois l'intégralité des toutes premières histoires de Spirou. J'ai donc profité là ce soir d'un petit tour à Lyon pour acheter ce livre Spirou par Rob-Vel l'intégrale 1938-1943 (24 € à la FNAC). J'ai commencé à le dévorer dans le train, et à ma grande surprise, il ne s'agit pas seulement des rééditions des histoires parues dans le journal, mais aussi un magnifique descriptif de sa génèse : comment est né le personnage, qui est Rob Vel, quel rôle a-t-il joué dans la naissance du personnage, etc.
Fin de l'aparté.

Et donc je disais que Spirou et Tintin n'avaient pas été créés dans le même but. En effet, Tintin a été créé par Hergé en 1929/1930, et ses aventures (dont hergé était le seul scénariste et dessinateur, du moins aux débuts) étaient publiées dans un magazine qui existait déjà : Le Vingtième Siècle.
Spirou lui, a été créé par une maison d'édition qui souhaitait se diversifier, pour faire un journal pour enfants. Et ce que le livre m'a appris, c'est que l'attitude du personnage son objectif et son prénom ont été définis avant même qu'un dessinateur n'ait été trouvé ! Et c'est le dessinateur qui a décidé de son apparence et de son emploi. En fait Spirou a été créé sur mesure pour lancer un nouveau magazine, là où Tintin était un supplément.
Et ça se comprend d'autant plus que Spirou a été animé par une ribambelle d'auteurs au fil du temps afin finalement de pérenniser le magazine, alors que Tintin n'a été animé que par un auteur (même s'il avait des aides pour les décors etc, mais ça ne compte pas vraiment).

Fry3000 a écrit:
Abraham tu parles de Tintin, et je trouve ça intéressant parce que les deux personnages ont un point commun : ils vivent toutes leurs aventures entre hommes ! Jamais une femme ne les accompagne ! Ou alors, dans le cas de Tintin, il y a cette femme qui ne suscite aucune pensée déplacée, la Castafiora ; d'ailleurs son nom sonne un peu comme "castration", ça ne peut être un hasard.
Ils ont chacun leur fidèle compagnon, mais est-ce que toute cette testostérone réunie dans le même espace ne les rend pas fous ? Pourquoi Spirou est-il toujours avec Fantastio, et Tintin avec Haddock ou Tournesol ? Et ce n'est même pas comme s'ils manifestaient de l'attirance pour la compagnie masculine, sont-ils asexuels ? Où est passé le Spirou lubrique qu'il était durant son enfance ? (je dis ça pour que Zorg saute au plafond et s'y cogne la tête).
D'après ce que j'ai lu, dans "Tintin et l'alph-art", le héros aurait commencé à manifester de l'intérêt pour le sexe opposé :
http://www.senscritique.com/bd/Tintin_e ... e/12241722


Oulà non, je ne vais pas sauter au plafond pour ça.
Par contre, c'est vrai, dans Tintin comme dans Spirou, les personnages sont relativement... prudes. Mais faut re-situer les choses dans leur contexte.
Encore une fois, je vais repartir aux origine, Spirou et Tintin sont destinés à un public jeune (et cela les met finalement effectivement en concurrence, bien que Spirou s'adresse à un jeune public belge, et Tintin soit plus généraliste). Et donc, dans les années 30 à 60, la sexualité, c'est un truc un peu tabou, et qu'on ne montre surtout pas à des enfants ! Et plus encore, les journaux et magazines sont très religieux. Bon, ok je vais citer wikipedia, mais concernant le journal dans lequel était publié Tintin, Wikipedia dit : "Le Vingtième Siècle est un journal belge d'obédience catholique conservatrice". Et c'était pareil côté éditions Dupuis puisque "Jean Dupuis a été un grand chrétien, guidé par la foi jusqu'à son dernier souffle",d'après La Véritable Histoire de Spirou (livre que je n'ai pas lu, mais dont j'ai trouvé cette citation sur le net pour étayer mes propos).
Pour simple exemple, je prendrais les ADS (comprenez Amis De Spirou), c'était un genre de mouvement scout autour du personnage de Spirou qui réunissait des milliers de lecteurs avant et pendant la guerre. Ils avaient un code d'honneur dont un point disait "un ADS est fidèle à Dieu et à son pays".
Alors tu penses bien, Montrer Spirou ou Tintin au bras d'une demoiselle ! Ou pire, d'un damoiseau !! Ça aurait fait jaser les curés !

Tu vas me dire, "oui mais on ne vit plus à cette époque, ils peuvent bien se le permettre maintenant". Eh bien certes, sauf que la direction d'une série comme Tintin dépend majoritairement de l'auteur. Et donc si Hergé refusait de voir son Tintin avec une femme, bah il ne lui en mettait pas en travers de son chemin.
Concernant Spirou, c'est différent. Je pense par contre que c'est l'éditeur qui choisit la direction que prend la série. Car je ne pense pas qu'à aucun moment un seul des auteurs à partir de Franquin n'ait été mal à l'aise à l'idée d'ajouter une femme à la série. C'est d'ailleurs ce qu'à fait Franquin, avec Seccotine. Et je suppose que s'il n'y a jamais rien eu entre seccotine et spirou et/ou fantasio, c'est en raison du lourd poids de la série : ne pas (trop) briser les codes. Parce que le Franquin, c'est qu'il s'y donne à coeur joie avec sa Mademoiselle Jeanne dans Gaston ! Mais voilà, Gaston n'est pas Spirou...
Toutefois, dans le cinquantième abum, Aux Sources du Z, Spirou embrasse Seccotine, et même à la fin il est marié avec Miss Flanner ! Bon, je vous l'accorde, le dénouement de l'histoire, n'est pas folichon, m'enfin tout de même !
Concernant la période Tome et Janry, je ne connaît pas énormément, mais il me semble bien que Spirou s'entiche d'une femme dans un album.
Et sinon, dans la série parallèle, dès le premier album, c'est un amoureux transi.
Finalement, les codes, on les casse peu à peu... Mais je doute qu'on voit un jour Spirou avec femme et enfants.

Concernant la possible homosexualité de Tintin, j'ai rien trouvé dans ton lien qui n'y fasse vraiment allusion. Mais j'avais lu il y a quelques années que Tintin serait potentiellement en couple avec Tchang. C'est un peu tiré par les cheveux. Je pense surtout que c'est une extrapolation du fait que ce soit un univers profondément masculin. Mais encore, à cette époque l'image de la femme n'était pas la même qu'actuellement. Et surtout, la BD dépend de l'idéologie de son auteur.

EDIT : Ah oui ! La série télé (première du nom), je l'ai téléchargée (illégalement, oui, pas taper !). Je n'ai jamais regardé tous les épisodes, mais en fait ça reprend les histoires de Tome et Janry, et les quelques histoires inédites bah c'était eux qui les ont scénarisées me semble-t-il.




Image

Fry3000

Nouvel Immortel

Citoyen de Monorail City

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 24 Fév 2004 19:36
  • Messages: 5668
  • Localisation: La planète Terre
  • Titre: Slasher
  • Dollars: 505.00$
Sujet du message: Re: Spirou et Fantasio
Publié: 31 Déc 2013 2:20

Tu m'impressionnes.

Comment ça, t'as rien trouvé sur mon lien ? T'as les globes oculaires dans les chaussettes ou quoi ?




Image

Zorg [LUB]

Jeune Légende

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 09 Mai 2009 18:45
  • Messages: 2113
  • Localisation: In your motherfucking motherfucker ass ! Motherfucker !
  • Titre: Eviv Bulgroz /!
  • Dollars: -5 696.44$
Sujet du message: Re: Spirou et Fantasio
Publié: 31 Déc 2013 13:03

Au temps pour moi. Je pensais que tu parlais du commentaire sur senscritique, et non pas de l'immonde pastiche montrant Tintin et Tournesol dans des positions inadéquates pour enfanter, le tout sous le regard bienveillant d'Haddock.




Image

Abraham 95

Nouvel Immortel

Citoyen de Springfield

Avatar de l’utilisateur

Sujet du message: Re: Spirou et Fantasio
Publié: 31 Déc 2013 16:50

Pour en revenir à Tintin (même si c'est hors-sujet), il faut savoir que Hergé lui-même était scout, et issu d'une famille royaliste pratiquante (je crois même qu'il avait été rendre visite au pape), donc effectivement, il n'était certainement pas le premier à vouloir voir la vie privée amoureuse de son héros s'afficher au grand jour. Même si c'est vrai qu'au fur et à mesure de sa vie, il s'est, disons, libéralisé, et que sa propre vie amoureuse était très mouvementée, si je me souviens bien.
Après, faut aussi dire que la censure à l'époque avait l'air d'être sacrément bigote ! L'autre jour j'ai découvert cette liste sur Senscritique: http://www.senscritique.com/liste/Pourq ... cen/349812 Y a des motifs assez ouf: "Tout le film n'est qu'une atmosphère de tromperie et de mensonge, présenté d'une façon sympathique et se terminant par un essai de suicide provoqué par le désespoir." ?!
Après, faut quand même reconnaître que ça n'excluait en rien l'introduction de motifs amoureux dans les histoires.
Regardez les vieux court-métrages de Chaplin (qui passent en se moment sur Arte, vers 12h45). Dans chaque histoire, la jolie fille sert d'argument narratif, et y a pas une seule histoire où il tombe pas amoureux.
Tout ça pour dire que c'est vrai que les mœurs et la censure (et l'autocensure) de l'époque limitaient forcément cet aspect des histoires, mais on voit bien que c'était pas non plus une raison pour donner quelque chose d'aussi prude.

Zorg a écrit:
En fait, Tintin et Spirou, même s'ils ont des caractéristiques similaires (Un emploi qui ne les prédestine pas à l'aventure, un compagnon avec un caractère bien à lui, un animal de compagnie, et une flopée de personnages dont on retrouve l’équivalent dans l'autre BD) n'ont fondamentalement pas été créés dans les mêmes buts.


Oui, évidemment, les circonstances de création des deux personnages n'ont pas du tout été les mêmes, mais il est indéniable que dans les années '50, les deux séries, et leurs magazines respectifs (car évidemment, Tintin a vite acquis son propre magazine) étaient en concurrence directe.

Tiens, c'est vrai, j'avais oublié d'en parler dans mon précédent message, mais quand j'étais petit, je regardais aussi la série animée de Spirou.
J'étais en revanche trop petit pour en avoir de vrais souvenirs, mais du coup, j'ai une sorte de familiarité diffuse avec le personnage.




"One Wig Is What It's All About."
mmôôberrrgbeuwarrrrrghhhhhh

Zorg [LUB]

Jeune Légende

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 09 Mai 2009 18:45
  • Messages: 2113
  • Localisation: In your motherfucking motherfucker ass ! Motherfucker !
  • Titre: Eviv Bulgroz /!
  • Dollars: -5 696.44$
Sujet du message: Re: Spirou et Fantasio
Publié: 03 Jan 2014 18:32

Abraham 95 a écrit:
Zorg a écrit:
En fait, Tintin et Spirou, même s'ils ont des caractéristiques similaires (Un emploi qui ne les prédestine pas à l'aventure, un compagnon avec un caractère bien à lui, un animal de compagnie, et une flopée de personnages dont on retrouve l’équivalent dans l'autre BD) n'ont fondamentalement pas été créés dans les mêmes buts.


Oui, évidemment, les circonstances de création des deux personnages n'ont pas du tout été les mêmes, mais il est indéniable que dans les années '50, les deux séries, et leurs magazines respectifs (car évidemment, Tintin a vite acquis son propre magazine) étaient en concurrence directe.



Ouiiiii, mais non. Je pense (oui, je pense beaucoup là, sur ces quelques derniers posts) que c'est plus subtil que ça.
Il y a effectivement concurrence entre d'une part les albums de Tintin et Spirou et d'autre part les journaux Tintin (qui a commencer à paraître, si je ne m'abuse à l'après-guerre) et Spirou. Mais en fait, que ce soit album ou journal, c'est du pareil au même niveau concurrence. Je m'explique :
En fait, pour moi, Spirou c'est vachement plus potache que Tintin. Je veux dire, il est clair que Tintin a un balai dans le cul ! (et d'après Fry3000, il ne s'agirait pas forcément d'un balai). Je pense que Tintin s'adressait beaucoup plus à un public style catholique bourgeois, là où Spirou c'était le journal du peuple. Il n'y a qu'à comparer leurs habitations. Tintin habite dans un grand château, avec un servant, et le capitaine Haddock, alors que Spirou habite dans une vielle maison qui tombe à moitié en ruine, et est obligé de faire de la collocation avec Fantasio pour payer ses factures de gaz (non, bon, j'extrapole un peu). Tintin utilise un vocabulaire très correct et bien fourni, alors que Spirou parle de manière familière (≠ vulgaire) avec parfois des belgicismes. On suppose donc qu'ils n'ont pas eu la même éducation.
Et de fait, ne s'adresse pas aux même lecteurs. Il en est de même pour les autres séries qui étaient diffusées dans ces magazines : Tintin était plus orienté sérieux (Ric Hochet, Michel Vaillant), alors que Spirou c'était plus humoristique (Gaston, Les Tuniques Bleues, etc). Mais bien sûr chacun de cest journaux comportaient du sérieux et de l'humoristique, hein, ils n'étaient pas complètement enfermés dans un genre.

Si on devait ramener ça à aujourd'hui (oui car je parle d'une époque où aucun d'entre nous n'était né), on pourrait comparer les journaux Spirou et Fluide Glacial.


Sinon, mis à part ça, j'ai fini de lire la genèse de Spirou dans le livre Spirou par Rob-Vel l'intégrale 1938-1943, où j'ai appris un tas de trucs. Je savais que quelques mois après le début de la guerre Robert Velter avait été envoyé et front, et que sa femme continuait à produire la série pour le journal. Ce qui j'ignorais, c'est qu'il y avait une troisième personne là dessous. Puis ensuite plein d'autres qui ont assuré l'intérim, en signant sous le pseudonyme "Rob-Vel". Et il y en a tellement eu, qu'aujourd'hui il est impossible de savoir qui étaient ces personnes. Ils resteront probablement toujours des anonymes pour nous. Et j'ai regardé, donc, plus loin dans les planches de ladite période, on voit bien le changement de dessin. J'ai appris aussi qu'en fait, alors qu'au départ il s'agissait de planches indépendantes les unes des autres, il y eu quelques histoires à suivre d'une semaine à la suivante, dont une qui s'étale sur pas moins de 93 planches ! Et ce genre d'histoire qui s'étale sur plusieurs mois, bah en fait, elles sont construites au fur et à mesure, elles avaient très probablement un fil directeur déterminé à l'avance, mais aucun véritable scénario.
Enfin, je m'étale dans du détail là....

Don maintenant je me suis attaqué aux planches, et, à l'instar de la toute première ultra connue (que j'ai posté dans le premier message), on se retrouve vite dans cet univers de 75 ans d'âge. On sent très vite qu'on est dans les débuts de la BD, étant habitué à des gags "élaborés" qui nous sont contemporains, tout ne me fait pas rire dans ces vieilles planches de Spirou, en particulier les gags où il fait son petit farceur ; ça ne fait absolument pas naturel. Mais ça paraît logique, c'était les prémisses, et les attentes n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui. Toutefois, certaines planches n'ont pas vieilli d'un poil et pourraient être réalisées aujourd'hui pour du Kid Paddle, du Petit Spirou, du Cédir ou du Titeuf.
En revanche, une planche m'a fait tiquer. Spirou (qui est censé, à l'époque, avoir entre 8 et 15 ans), part à la chasse, accompagné de son chien, avec un vieux fusil crasseux. Il a un canard en joue, et avant même qu'il ne tire, son chien commence à accourir pour ramener l'oie. Spirou tire, et son arme lui explose entre les mains. Finalement, le canard ramène dans son bec le chien vraisemblablement mort. Pour seule réaction, Spirou, un peu abasourdi et le visage noirci, dit "... Mais avec un mauvais fusil, la cible touchée n'est pas toujours celle que l'on vise..." Alors on pourrait penser que la victime c'est lui, vu l'état dans lequel il est après l'explosion du fusil. Mais le canard ramenant le chien inconscient laisse fortement supposer que c'est le chien qui a pris la balle, et que par conséquent il est mort. Et ça, je trouve ça gênant. Non pas que je sois choqué, mais il est excessivement rare que des morts surviennent dans les BD pour enfant, qu'il s'agisse d'hommes ou d'animaux. Et c'est la première je crois que je vois une planche ou un animal mort est clairement montré (dans une BD destiné à de jeunes enfants, j'entends). Personne n'aurait l'idée de faire ça aujourd'hui ! Et probablement que ça ne passerait pas.

Et en fait, ça m'a rappelé un truc qu'on m'avait dit il y a peu. Quand tu lis un vieux compte pour enfant, dans sa version originale tout du moins. Le Petit Poucet, Le Petit Chaperon Rouge, Hansel et Gretel, par exemple, ou même les (très relativement) vieux Disney comme Bambi, Le Roi Lion, ce sont des histoires vachement tragiques ! Entre les parents qui abandonnent leurs enfants (!), une grand-mère qui se fait dévorer par un loup, des enfants qui se font gaver puis bouffer par une sorcière, ou des animaux qui voient un parent mourir sous leurs yeux, C'est carrément atroce !
Aujourd'hui, tu regardes un des dernier Disney, ou n'importe quel film pour enfant, c'est quoi l'histoire ? Des voitures qui parlent et qui font des courses, des animaux de zoo qui se retrouvent à vivre sur une île, etc. Jamais de passage vraiment triste ou tragique, toujours du happy end.

Abraham, tu parlais de censure et d'auto-censure, pour ce qui a trait au sexe finalement. Aujourd'hui, cette censure-là, on ne l'a plus, ou en tout cas, moins. Mais qu'en est-il pour tout ce qui concerne la mort ? Finalement, c'est quelque chose à laquelle on doit faire face obligatoirement au moins une fois au cours de sa vie. Je ne pose pas la question du bien ou pas bien, parce que c'est un tout autre débat, et on serait carrément hors sujet là. Mais force est de constaté, qu'il y a bien toujours de la censure de nos jours.


EDIT : Tiens, parce que vous avez été sage, je vous mets la planche en question (désolé pour la qualité de l'image, c'est une photo prise avec mon téléphone à la lumière de ma lampe)





Image

Zorg [LUB]

Jeune Légende

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 09 Mai 2009 18:45
  • Messages: 2113
  • Localisation: In your motherfucking motherfucker ass ! Motherfucker !
  • Titre: Eviv Bulgroz /!
  • Dollars: -5 696.44$
Sujet du message: Re: Spirou et Fantasio
Publié: 27 Déc 2014 17:04

Foutre, foutre, foutre !

En un an ce sujet n'a pas bougé d'un iota !

C'est vrai que j'aurais pu l'alimenter, sauf que - honte sur moi - je n'ai jamais vraiment continué mon intégrale des aventures de Spriou par Rob-Vel. (L'ai-je mentionné ? je m'étais offert ce merveilleux recueil à Noël l'an dernier, j'avais dévoré la partie "genèse" et les premiers gags (si on peut vraiment appeler ça des gags, tellement c'est gnan-gnan parfois), mais je ne me suis jamais vraiment attardé sur les premières histoires longues, car trop gnan-gnan justement, et vraiment trop d'une autre époque. Mais il faut remettre ça dans son contexte : magasine destiné à un très jeune public, auteur de bande dessiné n'est pas un métier viable, techniques graphiques relativement rudimentaires, etc.)

Nous voilà donc un an plus tard, et boum, que reçois-je pour Noël, les tomes 1 et 2 de l'Intégrale par Franquin. Sans rien avoir demandé, si si ! Mais alors, les plus observateurs me diront "attends mon Coco" (notez que je n'aime pas trop me faire appeler "mon coco", et si quelqu'un ici le faisait, je pense que ce serait bien le premier, mais soit admettons). Donc "attends mon Coco, tu as donc Tout Rob-Vel, tout Franquin, mais t'avais pas dit qu'il y avait un autre gadjo entre les deux ?!?" Eh bien je vous répondrais "Bien sûr mes Cocottes" (ouais, un peu dédaigneux, vexé de m'être fait appeler Mon Coco. On n'a franchement pas idée parfois. Sérieusement.) "Mais vois-tu crétin des alpages" (là, carrément agacé qu'on puisse oser croire que j'ai pu faire l'impasse, nan mais oh quoi !) "l'intégrale de Jijé" (oui car on parle bien de lui, cf un an plus tôt dans ce sujet) "n'est pas encore sorti. Mes pérégrinations ne m'ont permis que de découvrir un excessivement trop cher album dudit Jijé qui ne contient hélas pas toutes les aventures qu'il a pu dessiner dudit Spirou. Ou alors une intégrale Jijé, mais là au contraire, il y a carrément toutes les autres séries qu'il a pu dessiner, et ça me botte pas des masses. Donc prout !")

Donc je reprends. En dépit du fait qu'il me manque l'inexistante intégrale Jijé, j'ai le début de Franquin. Wonderful, marvelous et autres superlatifs.
À l'ouverture du premier de ces livre, oh miracles, toute une grosse partie racontant comment Franquin a repris le flambeau à l'âge de 22 ans.

Les histoires publiées dans ce recueil sont bien sûr dans l'ordre chronologique. Page après page, le design de Spirou (et des autres personnages accessoirement) passe du style Jijé au style Franquin. C'est d'autant plus remarquable lorsqu'on regarde successivement une des premières pages et l'une des dernières. 'Fin bref.

Non en fait ce qu'il faut voir dans ce premier recueil, c'est surtout l'évolution de l'univers. On débute par des gags et des histoires toujours un peu gnan-gnan (j'adore ce mot. Gnan-gnan. Gnan-gnan gnan-gnan gnan-gnan, je m'en lasse pas. Gnan-gnan), et peu à peu, à défaut de s'attribuer l'univers existant, Franquin en crée un autre en élevant carrément le niveau, et en mettant des intrigues dont le dénouement n'est pas une évidence comme ce l'eut été avec les précédents auteurs.

Ça et là dans l'album, on retrouve des pages rédactionnelles où l'on nous explique deux trois trucs. Notamment on nous parle de la censure de l'époque. Ce qui est plutôt marrant (enfin ce n'est pas le mot, mais disons plutôt surprenant), c'est que certaines choses qui étaient censurées à l'époque ne le sont plus maintenant (heureusement), mais d'autres tout à fait normales à l'époque sont taboues aujourd'hui.
Plus tôt dans ce sujet, j'avais pris l'exemple de la mort d'un chien. Dans l'une des histoires de Franquin, deux animaux sauvages (lions si je ne m'abuse) se battent, et tous deux meurent, dans un bain de sang. Mais réellement quoi, dans une case on voit deux espèces de chauves-souris (représentation de la vie, de l'âme ?) s'envoler des deux bêtes, et dans la case suivante, on voit les deux bêtes gisant dans une flaque colorée de rouge (autrement dit : le sang). Très certainement que ce n'est pas tabou aujourd'hui la mort, j'en suis conscient (j'ai en tête la BD Seuls, où le sang est omniprésent, la mort aussi, mais avec résurecction, donc bof), mais prenez n'importe quel album récent de Spirou (j'entends des 30 ou 40 dernières années), on ne retrouve pas ça ! Et pour cause, c'est une bande dessinée tout publics, y compris pour les enfants. Mais à l'époque, la bande dessinée n'était destinée qu'aux enfants, et on y montrait des images plus dures. Enfin, ça revient à ce que j'avais écrit il y a un an hein.

Non ce qui m'a plus étonné, c'est de lire dans les explication de l'histoire de Spirou contre Poildur, que c'était très mal passé aux éditions Dupuis de montrer des personnages peu fréquentables, un peu loubards. Franquin avait du faire le forcing (occasionnant d'ailleurs une première démission de sa part, ahah). On s'offusquait pour ça mais par contre, pour tout ce qui concernant les différences raciales, là, pas de soucis. On affuble les riches de serviteurs noirs incapables de porter un pantalon, et même de singes tellement humanisés que c'en est presque gênant. On fait parler les noirs en remplaçant les R par des W, et en supprimant les règles de grammaire élémentaires. Dans quasi toutes les histoires où des personnages africains apparaissent, ce sont des sauvages. Et les propos des blancs à leur égards ne sont guère mieux. Cela dit, il faut garder en tête qu'il s'agissait d'une autre époque, on remonte là 70 ans en arrière !

Non en fait ce que je trouve surprenant c'est cette inversion, toutes les différences (et les exagérations qui vont avec) liées aux races ont plutôt été gommées pour ne pas paraître discriminatoire, alors que présenter des clodos ou des enfants peu fréquentables n'est plus choquant. Il y a vraiment une évolution. J'allais dire une libéralisation, mais je ne suis pas convaincu de la pertinence du terme. Parce qu'encore une fois, il y a toujours des choses qui passent mal auprès des enfants, dans la bande dessinée (notamment).

J'aurais aimé pouvoir illustrer mes propos et les détailler un peu plus (j'avoue avoir lâché un peu tout ce qui m'est ^passé par la tête, sans même me relire), mais je suis un tantinet pressé. Cela étant, je m'attaque au tome 2 incessamment sous peu, et j'espère avoir plus le temps pour vous présenter non pas les différences hier/aujourd'hui, mais plutôt l'univers et le développement des personnages, parce qu'en lisant une BD, on n'a pas forcément envie de faire des études sociologiques, et je serais bien prétentieux de prétendre en être capable.




Image

Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
 Page 1 sur 1 [ 12 messages ] 

Permissions du forum
Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Aller vers:  

Connectez-vous et faites un don pour faire disparaitre cette publicité!

Notification

Untel à fait tel affaire cool et voici peut-être un lien...

SimpsonsCity.com est un forum sur le thème des Simpson sous forme d'une ville virtuelle. Avec une monnaie virtuelle, tu pourras jouer à des jeux en ligne, des concours et bien plus encore !

cron