Le Bistrot/Refuge des Monorailliens


 Page 3 sur 3 [ 43 messages ] 
Auteur Message

Acanthopterygii

Légende

Citoyen de Monorail City

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 18 Fév 2008 14:30
  • Messages: 3134
  • Localisation: Avec son sanglier à monorail
  • Titre: Dresseur de sanglier
  • Ancien Pseudo: Bartolomey95
  • Dollars: 5 040.00$
Sujet du message:
Publié: 24 Juil 2011 15:09

Bartolomey, Loukos, Detax et Nossair cherchaient le refuge de Mono, pas pour y aller mais pour saccager la maison afin de pouvoir construire la villa capitalienne, ils manquaient de matériaux-et aussi d'un bon maçon vu que Bartolomey était un faignant-A côté du zombie, en plus de Rex il y'avait une dizaine de sanglier qui grognaient sans arrêt. C'était les sangliers que Bartolomey avait dressé et qu'il voulait vendre. Il les avait libérés pour qu'ils aillent attaquer la villa de monorail. Le petit groupe avançait vite, ils virent un panneau
sur le panneau il y'a écrit a écrit:
Bistrot/Refuge de Monorail City

C'est ici.
La maison avait été épargné par la tornade, bartolomey se tourna vers le petit groupe et tenta d'ouvrir la porte, elle était fermée à clé. Il siffla ses dix sangliers qui prirent leur élan et défoncèrent la porte. Dans leur élan les sangliers dévastèrent aussi une partie du rez de chaussée, Bartolomey entra dans le refuge, il fouilla le frigo, des bouteilles de TGV à perte de vue et des steaks. Il renversa les bouteilles de TGV et chassa les sangliers qui voulaient en boire. Il leur jeta un steak pour les remercier (car les sangliers de Capital sont carnivore, étrange non?). Le zombie, inconsciemment commença à chanter la même chanson qu'aux portes ouvertes de mono.
Oh mon alcool, alcool alcool acool de nain !
Ma seule raison de me lever le matin
Oleoleoleoleoleoleoleoleolalalala
Capital City c'est ma vie
Oleoleoleolalala
Capital City c'est ma ville

Il arrêta de chanter, un peu gêné.



Cette attaque à juste pour but de relancer les rivalités inter-villes.




Image
ImageImage
Flic ripou de SC
LES 95 VAINQUERONT

Loukos Luke

Illustre Immortel

Citoyen de Monorail City

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 26 Juil 2005 21:04
  • Messages: 7573
  • Localisation: Loin de chez lui
  • Titre: Pauvre cow-boy solitaire
  • Dollars: 3 072.14$
Sujet du message:
Publié: 24 Juil 2011 15:25

Par là Jolly allez !

Fait courir son cheval à bride abattue (j'avais toujours rêvé de sortir cette expression mais j'avais jamais eu de cheval avant).
Il arrivait en vue du refuge.Au loin il apercevait les sangliers de Bartolomey


Ca a déjà commencé ... Et apparemment ils font du bon boulot.

Met pied à terre. (Même ça ! Comment on fait pour le dire sans avoir de chaval ?)

Image

-Oh le bordel qu'ils ont mis ... Fais gaffe s'ils pètent tout on pourra pas prendre de quoi réparer notre villa ...
Allons voir dans les réserves.

Met un coup de pied dans la porte,s'approche du frigo et se saisit d'un TGV.

-Z'avez déjà gouté leur truc ? Moi non,c'est l'occasion.
Bon,on a vérifié que la baraque était vide ?




Un tournoi Fifa 14 sur PS3 ? Cliquez !

Abraham 95

Nouvel Immortel

Citoyen de Springfield

Avatar de l’utilisateur

Sujet du message:
Publié: 24 Juil 2011 18:51



Abraham 95, qui se prenait toujours pour Édith Piaf (qui est monoraillienne, comme chacun sait), descendit en robe de chambre du premier étage, où il/elle dormait.

"Pero... Pero... ¿Qué pasa por allí? ¡ Ay ! ¡ Caramba ! ¡ Jabalíes !"

Jim Morrison s'arma alors de tout son courage et d'un balai (le même balai qu'il avait utilisé -lorsqu'il était encore sain d'esprit- lors de cette aventure) et chargea les deux capitaliens et les 11 bêtes (dont un cheval au beaux blonds cheveux,, flottant dans le vent, si purs, de l'or, brillant de mille feux au soleil, un cheval magnifique, tellement sexy... Enfin bref). Il fit sa fameuse pirouette double-saut périlleux arrière à renversement latéral inversé (tout le monde connait les talents d'acrobates de Jim Morrison) et finalement frappa au visage Loukos Luke.

"Niark niark niark !"

Puis, Édith se tourna vers Fljótsdæla, essuyant d'un revers de manche les flots de bave écumeuse et blanche qui sortait de sa bouche, créant un contraste avec le rouge écarlate de ses yeux injectés de sang.

Mais soudain, toute sa force, sa détermination tombèrent, s'enfoncèrent tel un canard dans un étang après un match de boxe trop éprouvant, ou bien un ascenseur dans sa cage après qu'on eut coupé la petite corde qui le relie au plafond -ce qui est ridicule comme idée puis qu'il existe une bonne dizaine de cordes pour tenir un ascenseur, et elle fond au moins 5 centimètres de diamètre- pour tuer un espèce de cinglé qui a tué la sœur de sa belle-mère et qu'on a assisté au meurtre et qu'il veut éliminer tous les témoins et qu'on doit tuer ou mourir.
Ne voilà-t-il pas deux magnifiques comparaisons? J'en ai moi même la larme à l’œil.

Tout ça pour dire qu'Abe/Édith/Jim était tout raplapla. Il se traîna jusqu'au comptoir, s'enfila un TGV et là... TADADADAM !! SA FORCE LUI ÉTAIT REVENUE !!
C'était popeyesque !


"A nous deux à présent, Fljótsdæla ! Je vais te combattre par la force de la musique ! Tu seras tellement impressionné par l'harmonie de mes notes, onctuosité de mon chant que tu t'enfuiras ! Et si tu résiste et que tu reste, ta tête finira par exploser !! MOUHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHA !
C'est une petite chanson toute humble qui parle d'une grenouille et de la paix."



Signé: Abraham Piaf Morrison




"One Wig Is What It's All About."
mmôôberrrgbeuwarrrrrghhhhhh

Dernière édition par Abraham 95 le 05 Oct 2011 16:58, édité 1 fois au total.

Simao78

Jeune Légende

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 15 Avr 2010 11:45
  • Messages: 2796
  • Localisation: Salade de fruits, jolie jolie jolie
  • Titre: Mec sans chapeau
  • Dollars: 1 280.16$
Sujet du message:
Publié: 08 Août 2011 14:19

Simao avait fini par comprendre que tout le monde était allé à la "Villa" de Monorail et qu'il parlait dans le vide depuis une heure. Son travail de dur dur dur dur dur dur labeur (si vous comptez, vous trouverez 6 "dur";) n'avait tout de même pas servi à rien car le premier mur était construit !
Cependant si Simao savait que tout ses compagnons étaient à la "Villa" de Monorail (j'insiste, "refuge", c'est pas beau), il ne savait pas pourquoi.

Quand il franchit la porte de la "Villa", il, ce, ce fut le, il fut pris d'un ... coup de foudre. Edith Piaf se trouvait là en face de lui. :coeur: Mais quand il se frotta les yeux, il s'aperçu que c'était encore son vieux mari d'Abe qui re-faisait une crise. Et il s'attaquait à Fljo. Sans réflechir, et par un instant de survie capitalienne, il se jetta sur son mari qui chantait d'ailleurs une bien belle chanson de The Doors, faudrait que je sache le titre.

Les deux conjoints luttèrent tous les deux de longues minutes par terre, scène assez inédite.
Heureusement, au bout de 2 heures de lutte, Abe qui s'était enfilé un bon nombre de TGV, tomba comme un masse.
Simao était épuisé.



Pfiou ' .... pffffff ... bon, je crois que, crois que ... il ne nous embêtera plus ... Ligottez-le quand même, on ne sait jamais ...
Moi je fais une petite pause ...

En faite, pourquoi vous êtes là les mecs ? :goute:

Mika94

Gouverneur

Citoyen de Springfield

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 20 Fév 2008 18:56
  • Messages: 4362
  • Ancien Pseudo: Mikabuca13ans
  • Dollars: 380 581.29$
Sujet du message:
Publié: 08 Août 2011 16:12

Mika avait passé de longs moments au siège du ST pour faire la mise en page du journal. Il avait besoin de prendre un peu d'air et il s'était donc dirigé vers le Quartier Résidentiel.
La nostalgie le prit, et même s'il était en vacances, il voulait voir l'ancienne école des bêtises. Mais il s'arrêta sur sa route devant la maison de Monorail (villa est un trop grand mot :voleur:) en voyant de nombreux compagnons de Capital City. A peu près tous en fait.


Héé les gars ! Voilà pourquoi vous ne passez pas trop à NC !

Alors, qu'est-ce que vous faites ici ? :D

En apercevant le corps de Jim Piaf Abraham ligoté par terre, un souffle d'enthousiasme le prit.

Hé ! Mais c'est magnifique ! C'est parfait !! :danse:

Il s'acharna sur le pauvre corps et commença à sauter sur le ventre de Jim.


Prend ça, espèce de chanteur mal foutu ! Na na na ! Ca t'apprendra à me prendre pour un canapé, espèce de ~|@]`_#&"- .

Une fois ce cruel spectacle fini, le joker se rendit compte que la maison des habitants de Monorail était sans défenses.

Et si on pillait la maison ?! ... :bave:

Sans attendre la réponse des autres, Mika alla droit dans la maison. Bruits de dvd's cassés, fracas de verres tombés sur le sol, draps brûlés, bref, un vrai désastre pour les monorailliens.

Hooligans powaa !! :lunettes:

Héé, faites tomber la maison, on a besoin de quelques briques pour refaire notre villa ! cria-t-il aux autres.

Abraham 95

Nouvel Immortel

Citoyen de Springfield

Avatar de l’utilisateur

Sujet du message: Re: Le Bistrot/Refuge des Monorailliens
Publié: 19 Août 2011 17:51

Abraham 95, qui entre temps était guéri de sa piafopathie à caractère morrisonite, se réveilla, après avoir décuvé (et quelques jours plus tard, mais bon, ça en s'en fout, c'est malin aussi de faire du RP quand les gens sont en vacances, peuh). Il était dans un coin, sombre, souffrait affreusement, pas seulement parce qu'un espèce de dingue lui avait explosé les côtes, mais aussi dans son cœur. Comment Simao, son ami Simao, son mari Simao, son Simao chéri, cette homme de peace et de paix, comment avait-il put s'en prendre à lui, et le livrer au monstre Mika?

Abe pleura abondamment, sans chouiner, sans gémir, juste en laissant couler de l'eau légèrement salée le long de ces joues, et en trempant son col, alors qu'une lumière vacillante et des bruits de joie arrivaient de la pièce d'à-côté, dont la porte... Non, en fait, il y avait pas d'porte, c'est trop risqué de laisser une porte à portée d'un ivrogne, on peut pas prévoir ce qu'il peut en faire. En tout cas, l'ouvrir, il y a peut de chance pour qu'il y arrive.

Plusieurs minutes après, soulagé, il décida de contre-attaquer.

Il était attaché, oui, mais pas vaincu. Se levant, il réussi à s'accrocher à un crochet planté dans le mur, servant de porte-perruque. Le vieux tira un grand coup fort et ses cordes tombèrent à ses pieds.

Une arme, il lui fallait une arme. Ce bâton avec un clou ferait l'affaire. Un beau petit clou tout rouillé, dépassant des veines du bois, comme une épine de rosier, tel un dard synthétique dans cette végétalité morte. Ce petit clou, il semblait vous dire: "Laissez-moi sortir, laissez-moi sortir ! Je ne suis qu'un bout de fer forgé, fixant frivolités !". Il ignorait donc son sort? Il ignorait qu'il finirait à tout les coups à éclater le fragile puzzle crânien d'un capitalien dévergondé, faisant jaillir un flot de sang. Le clou créateur de fontaine. C'était sa destiné.
Du moins si Abe réussissait à bien viser.

C'est alors que, à travers ses pensées de vieil homme devenu détraqué par l'alcool, il se rendit compte qu'il allait commettre des meurtres de sang froid.
Tant pis.

Le clodo marcha à pas de loup jusqu'à l'emplacement où qu'il devrait y avoir une porte mais qui y a pas d'porte, et, d'un regard introspectif qu'il lança vélocement dans la pièce, il put constater l'état de la situation.
Ils étaient 4 à ripailler, dévaster la maison, gratter les murs pour récupérer les briques rouges, ils était Simao78, Fljótsdæla, Loukos Luke et un canapé qu'on surnommait Mika.

Alors, Abe, ne tenant plus devant cette ultime affront au bar de sa ville, s'élança à l'intérieur, portant bien haut son bâton cloué, lâchant un cri de rage et de désespoir et s'arrêta devant le premier qu'il croisa.

C'était Simao. Simao, Simao qui l'avait délibérément poussé dans la folie, et qui au moment fatidique, n'avait reconnu en lui qu'un rival. Simao qui l'avait abandonné, laissé seul.
Simao...
Seul...
Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao, seul, Simao.
Voilà les mots qui résonnaient, vrombissaient dans la tête d'Abraham, à des centaines de rotations par minute, créant, dans leur fumée d'émotion, désarroi, profond.

Oui, Abe était seul. Seul, nul part. Au milieu du vide. Il s'assit, s'affaissa. Il ne voyait plus, n'entendait plus ce qu'il se passait autour de lui. Le vieux n'apercevait que sa propre image, nue face à l'immensité de l'univers.
Alors, sous le coup du désespoir, il laissa abattre son arme sur la table face à lui, y plantant au passage quelque chose, et arrachant un cri.

Il venait de clouer la main de quelqu'un.




"One Wig Is What It's All About."
mmôôberrrgbeuwarrrrrghhhhhh

Dernière édition par Abraham 95 le 23 Août 2011 9:06, édité 3 fois au total.

Max 95

Légende

Citoyen de Springfield

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 03 Août 2009 10:41
  • Messages: 3607
  • Localisation: Ici ou là, Comme vous voulez !
  • Emploi: Président(e)
  • Ancien Pseudo: Max 95
  • Simpsons: Springfield: Orion14110
  • Dollars: 2 400.00$
Sujet du message: Re: Le Bistrot/Refuge des Monorailliens
Publié: 19 Août 2011 18:54

Ah mais t'es fou sa fais vachement mal !

La personne qui c'était fait cloué par Abe était Orion qui était de passage au refuge. Il avait vu Abe sombrer dans la folie suite à un délire alcoolique. Il avait sa main cloué sur la table et criée tellement qu'il aurait pus réveiller des mort.

Tu ma pris pour le christ ou quoi ?

Orion essaya de se dégager mais il faisait couler encore plus son sang. Il sortit avec beaucoup de mal de son sac une bouteille de TGV qu'il fit tomber la moitié à côté en la débouchant avec la bouche et la but.

Au fait sa fait longtemps qu'on c'est pas vu on ma dit que tu souffrait d'un délire entre Edith Piaf et Jim Morrison. Et ah oui dès que ta 5 minutes tu pourra m'aider à me décrocher.


Dernière édition par Max 95 le 23 Août 2011 5:41, édité 1 fois au total.

Abraham 95

Nouvel Immortel

Citoyen de Springfield

Avatar de l’utilisateur

Sujet du message: Re: Le Bistrot/Refuge des Monorailliens
Publié: 19 Août 2011 19:26

Abraham 95 était toujours à terre, à regarder le plafond, de manière nostalgique. Il ne pensait à rien. C'était le vide total dans son esprit. Il avait l'impression de tourner en rond sur lui même, enveloppé dans un nuage invisible, loin des préoccupations terrestres. Mais, ça n'avait rien d'une extase, encore moins d'un éveil bouddhiste. Une impression profondément morbide et crade l'envahissait, il sombrait dans lui-même. Cette espèce de manque qui vient quand vous voulez vous endormir mais que vous n'en avez pas l'envie le prenait. Que lui manquait-il? Simao? Non. Il était passé au-dessus de ça maintenant.
Il lui manquait une présence matérielle, quelque chose qui aurait pu l'extirper de sa flottance. Ce n'était sûrement pas ce mur blanc qui y parviendrait.
Qu'attendaient les capitaliens pour se saisir de lui et le rouer de coups? Étaient-il au moins là?
N'avaient-ils pas été que l'interprétation mystique de tous les sombres sentiments qui l'envahissaient tout-à-l'heure, alors qu'il était attaché? Peut-être qu'il était encore attaché?
Non, il pouvait bouger ses bras, cligner des yeux.
Quel rapport? On peut cligner des yeux quand on est ficelé. Voilà qu'il pensait des conneries. Il aurait préféré continuer à ne pas penser, comme quelques instants plus tôt. Mais non, les idées revenaient en lui.
Et il ne pouvait que constater avec désarroi et fatalité qu'il était mieux avant, quand il ne réfléchissait pas.
Cet état, il ne le retrouverait plus.

Il entendait des bruits, flous, imperceptibles, graves, qui venaient de l'endroit où avait jailli le cri. Quelqu'un essayait de lui parler. Qu'est-ce que ça pouvait faire? C'était comme un saxophone contrebasse qui ponctuait son blues, au milieu du rien où il était.

Abe déchira son pull qui l'étouffait de plus en plus.

Fermant les yeux pour, paradoxalement, retrouver des formes et des choses visibles, et échapper à son sort, il se leva brutalement, prit par réflexe et sans regarder son bâton cloué, libérant ainsi la main d'un Orion qu'il ne savait pas là, marchant dans une flaque de sang au pied de la table, sortant du bâtiment, inspirant un grand coup et rouvrant les yeux.
Un ciel d'un azur sombre et magnifique, contrastant en beauté avec les nuages d'un blanc pur et brillant, était là pour l'accueillir.
Voilà, il était revenu sur Terre, avait échappé au vide.

Il s'approcha de sa baignoire garée près de là, y inséra la clé et s'en alla sans se retourner, se fichant de savoir si les capitaliens avaient finalement pillé la maison et qui était l'homme qui lui parlait.

Il sourit.




"One Wig Is What It's All About."
mmôôberrrgbeuwarrrrrghhhhhh

Max 95

Légende

Citoyen de Springfield

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 03 Août 2009 10:41
  • Messages: 3607
  • Localisation: Ici ou là, Comme vous voulez !
  • Emploi: Président(e)
  • Ancien Pseudo: Max 95
  • Simpsons: Springfield: Orion14110
  • Dollars: 2 400.00$
Sujet du message: Re: Le Bistrot/Refuge des Monorailliens
Publié: 18 Oct 2011 19:42

La nuit tomber sur tout Simpson City. Une silhouette sombre apparut au coin de cet rue résidentiel. L'homme propriétaire de la silhouette sombre avança dans la rue. Il arriva devant la maison qu'il regarda en poussant un grognement. Cet maison appartenant à Monorail City était au mains des monstrueux habitant de Capital City. L'homme s'assit devant la maison. Un voisin qui sortait sa poubelle regarda l'homme assis par terre qui ne disait rien. Il alla le voir.

Sa va monsieur ?

Mes compatriotes Monoraliens vont pas tarder !

Répondit Max 95. Le voisin n'avait pas vraiment compris mais il rentra chez lui en pensant que ce type ferait bien de voir un psy.

Abraham 95

Nouvel Immortel

Citoyen de Springfield

Avatar de l’utilisateur

Sujet du message: La Vengeance du Dragon
Publié: 19 Oct 2011 11:46

Abraham 95 et les autres monorailliens ne devaient tarder. Ils avaient répondu à l'appel et étaient parti en masse de la ville. Mais lorsque Abraham arriva à l'aube, avec ses pieds et sa grande perruque, avec sa batte et sa lance maasaï, il était quasiment seul. Deux-trois badauds trainaient autour de lui.
Il rétorqua au regard interrogateur de Max':


"On s'est dispersé." :|

En effet, le groupe armée, devant traverser toute la grande ville qu'est SC pour arriver jusque-là, s'était peu à peu dilué, chaque participant voulant dévaliser un des multiples magasins qui bordaient leur route. Et au fur et à mesure qu'ils avançaient, ils étaient de moins en moins à vouloir venger Mono' et de plus en plus à piller SC.
Abe expliqua ceci à Max'.

Ils s'apprêtèrent donc à attaquer.


"On va les niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiquer !! " :D

Le vieux savait qu'il prenait des risques en disant des grossièretés sur la voie publique, mais il en faisait fi.
En arrivèrent devant la porte d'entrée. Un gardien PNJ se trouvait là, surveillant si des monorailliens de venaient pas. Mais comme c'est un peu con les PNJ, il ne les remarqua pas.


"- Eh ! Toi-là ! T'es un capitalien?

- Je suis un pé-aine-jiiiii !! Hihihi !

- Ouais, mais t'es un PNJ capitalien, non?

- Je suis un pé-aine-jiiiii !! Hihihi !

- Mais t'es capitalien?

- Je suis un pé-aine-jiiiii !! Hihihi !

- Capitalien?

- Je suis un pé-aine-jiiiii !! Hihihi !

- Oh, et puis merde."

Le clodo lui enfonça sa lance dans le ventre, l'autre roula à terre en répétant qu'il était un pé-aine-jiiiii, et les monorailliens purent passer.

Ça y est ! Ils pénétraient (pas de sous-entendus) à nouveau dans leur maison, leur temple, leur endroit, leur lieu, leur bistrot, leur refuge ! Hourra !
Mais, il ne fallait pas se réjouir trop vite. Les capitaliens étaient toujours là, tapis dans l'ombre, tel des tigres surgissant dans la nuit. Mais les alcoolos habitants de Mono' avaient l'avantage du terrain, qu'ils connaissaient par cœur, même les PNJ.
Ils se précipitèrent derrière le comptoir. Là, ils pourraient faire état de la situation.

Ah, dans quelle pagaille ils l'avaient mis, leur beau refuge ! Les chaises étaient renversées, des tables en miettes, des pans entiers de murs manquaient. Et, maledictum maledictam, rosa rosam rosae rosa, ces furibonds avaient osé remplacer la fontaine de TGV par un robinet d'alcool de nain pression !!


La demie-douzaine de monorailliens se levèrent en même temps pour inspecter les alentours.
Après quelques minutes d'âpre recherches, ils virent que quelque chose de vivant se tenait sous les escaliers.
Abe alla voir. Il s'agissait d'un truc mou et verdâtre. C'était Fljótsdæla.

Alors, le vieux, ne pouvant plus contrôler sa colère et sa vengeance, le réveilla brutalement et l'engagea à se battre.
Avant même que l'autre puisse répondre, il s'élança et lui assena un coup de batte dans la tempe gauche et en même temps, lui transperçait le corps de sa lance.
Tout s'accéléra. Fljó était à terre, Abe continua de le dépecer de son fer. Puis, il alla avec les mains, avec les dents, lui arracha les boyaux en riant, lui mordit la jugulaire de ses canines et, lui tirant les bras de toutes ses forces, parvint à les extraire et le frappa avec.


"MOUHAHAHA !!" :oeil:

Il se releva. Fljótsdæla mettra un certain temps à régénérer, mais il régénérait, c'était un zombie après tout*. Le clodo était couvert de sang de la tête au pied et riait du doux plaisir de la vengeance.

Image

Soudain, un trait, venant de l'étage, passa à quelque centimètre de son oreille et alla se planter droit dans le cœur du PNJ Monoraillien n°3.

"- Non ! Non ! PNJ Monoraillien n°3 !! NOOON !! Pas toi !! Pas toi !! Pouurquoi?

- Abe... Abe... Dis à ma femme PNJ et à mes enfants PNJ... Que je les PNJ-aime !

- Tais-toi ! Faut pas dire ça, PNJ Monoraillien n°3 ! Faut pas dire ça ! Tu vas survivre, tu vas les revoir ta femme PNJ et tes enfants PNJ ! Tu vas les revoir ! Tu vas t'en sortir ! Oui, oui ! Tu vas t'en sortir !

- Adieu... AAAAaaaaaargh-PNJ !!

- NOOOOOOOOOOOON !!"

Mais qui donc avait tué PNJ Monoraillien n°3?



*: je me suis permis de te tuer, justement parce que tu es un zombie et que tu peux régénérer.
PS: c'est marrant les PNJ ! ^^
PSPS: vous remarquerez que les PNJ monorailliens sont plus intelligents que les PNJ capitaliens !




"One Wig Is What It's All About."
mmôôberrrgbeuwarrrrrghhhhhh

Max 95

Légende

Citoyen de Springfield

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 03 Août 2009 10:41
  • Messages: 3607
  • Localisation: Ici ou là, Comme vous voulez !
  • Emploi: Président(e)
  • Ancien Pseudo: Max 95
  • Simpsons: Springfield: Orion14110
  • Dollars: 2 400.00$
Sujet du message: Re: Le Bistrot/Refuge des Monorailliens
Publié: 19 Oct 2011 16:53

Max qui avait vu le PNJ numéro 3 sa faire tuer commençais à avoir le TGV qui montait au nez. Il regarda d'un œil noir vers la direction ou l’assassin avait tirer. Il ne vit personne. Il se mit à la hauteur du cadavre du PNJ numéro 3.

Pas toi, tu comptais tellement pour nous !

Max se leva prit la batte de baseball du PNJ numéro 2 et se mit à tout casser dans tout les coins en criant des injures contre les capitaliens. En fait ce n'était pas des injures mais des sortes de grognement.


Eh pourquoi tu casse tout ? On est chez nous !

Max 95

Légende

Citoyen de Springfield

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 03 Août 2009 10:41
  • Messages: 3607
  • Localisation: Ici ou là, Comme vous voulez !
  • Emploi: Président(e)
  • Ancien Pseudo: Max 95
  • Simpsons: Springfield: Orion14110
  • Dollars: 2 400.00$
Sujet du message: Re: Le Bistrot/Refuge des Monorailliens
Publié: 29 Oct 2013 0:01

Max venait en courant après avoir fuit les ruines de l'hôpital arriva dans cette maison appartenant au Monoraliens pour se cacher des zombie et particulièrement du zombie Manta qui l'avait attaquer par deux fois.

Au moins ici je serais en sécurité !

Pour s'assurer qu'aucun zombie ne le trouve il se cacha dans un placard jusqu'à savoir quoi faire pour se sauver les miches.

Abraham 95

Nouvel Immortel

Citoyen de Springfield

Avatar de l’utilisateur

Sujet du message: Puisqu'on vous l'dit !
Publié: 29 Oct 2013 18:12

Abraham 95, qui lui aussi avait fui, avec Mika94 et Bartmaniaque, des ruines de l'hôpital (d'ailleurs, il n'était pas tout à fait innocent dans sa destruction), était en train de manger une fondue monoraillienne dans le Refuge des Monorailliens, lorsque Max débarqua comme une furie et se cacha dans un placard sans même les remarquer.
Oui, bon, certes... Abe avait lui-même dit qu'il partirait à la recherche des zombies pour les tuer... Mais faut bien se reposer de temps en temps...
J'aimerais bien vous voir faire tout ce qu'il fait à son âge, vous, tiens !

:x

"Eh, Max, sors donc de là, malotru !
Et viens dire bonjour à mes amis."

Max étant déterminé à rester caché comme un con dans son placard, Abe alla le chercher lui-même, et le tira par la peau du cul jusqu'à milieu de la salle.
Faut tout faire soi-même, j'vous jure.
Là, il vit que Max était mal en point. Je dirais même plus: Max était à 42% mal en point.
Alors le vieil homme décrépit fourra sa main dans sa poche, en quête de ces délicieuses -et étranges- guimauves capables de retaper un macchabée, ou du moins quelque chose de proche, et il les enfourna dans la gueule de son p'tit Maxou.
Qui se sentit immédiatement mieux.


"Tiens, bois-ça, ça va te réchauffer les boyaux, c'est moi qui te le dit."

Abe lui fit en effet boire tout un verre de TGV cul-sec. Et il était serré, ce TGV, c'est lui qui vous le dit.

Alors, les quatre amis regardèrent dans le lointain. Un rayon venait de toucher leurs faces ahuries.
Le soleil venait de réapparaître, après de nombreux jours de grisaille.
Face à cette scène poignante, le vieil homme lâcha:


"Toute la nature s'est déployée dans une fête à la vie. La brume se dégage peu à peu, et Apollon navigue vers nous, chargé de son flot de lumière. Les arbres s'assouplissent sous le vent, tandis que les hirondelles se lancent en chœur dans leurs chants d'amour*. La victoire des êtres s'approche, les non-êtres n'ont qu'à bien se tenir. C'est notre moment, les enfants."

Abraham ramassa un carquois de flèches qui traînait là, et s'apprêta à affronter son destin.

*: d'ailleurs, elles s'y prennent un peu tard.
*²: qui, certains s'en souviendront peut-être, avait servit au meurtre lâche du PNJ n°3.




"One Wig Is What It's All About."
mmôôberrrgbeuwarrrrrghhhhhh
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
 Page 3 sur 3 [ 43 messages ] 

Permissions du forum
Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Aller vers:  

Connectez-vous et faites un don pour faire disparaitre cette publicité!

Notification

Untel à fait tel affaire cool et voici peut-être un lien...

SimpsonsCity.com est un forum sur le thème des Simpson sous forme d'une ville virtuelle. Avec une monnaie virtuelle, tu pourras jouer à des jeux en ligne, des concours et bien plus encore !

cron