[Irak] Guerre économique?


 Page 1 sur 1 [ 9 messages ] 
Auteur Message

Ptitlouisb

Illustre autochtone

Citoyen de Shelbyville

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 02 Nov 2004 17:41
  • Messages: 362
  • Localisation: Au barbeuc' de Shelby
  • Dollars: 1 300.00$
Sujet du message: [Irak] Guerre économique?
Publié: 13 Oct 2005 11:06

Voila j'ai eu un petit flash, Dieu m'a parlé. Non plus sérieusement j'aimerais vous parlez des causes de la guerre en Irak. Attention je ne dis pas que ce que je vais dire est juste, mais c'est largement plausible.

Donc voila, je me base sur les cycles Kondratiev. Kondratiev est un économiste russe du début du siècle qui émit la théorie que l'economie depuis la 1ere Revolution Industrielle marche par cycles, de croissance et de dépréssion, mais que dans l'ensemble, l'economie est marqué par un trend de croissance. C'est à dire que sur un long terme, il y a une croissance. Et dans ces meme cycles, il y a des periodes plus où moins favorable.
Il ajouta dans sa théorie, que les périodes d'expansion de l'économie sont les temps de guerre, et que les dépressions se déroule en temps de paix.

Actuellement nous nous trouvons dans une période de dépression. Ce cycle dure depuis 1970, date du premier choc pétrolier et de la fin des 30 glorieuses.

J'emets donc l'hypotése que les deux guerres faites par le président Bush, Afganistan et surtout Irak, on pour but de relancer l'economie plus qu'autre chose. Enfin j'emets cette hypotese surtout pour la guerre en Irak.

Donc voila je voudrais savoir ce que vous en pensez


Dernière édition par Ptitlouisb le 23 Août 2011 8:04, édité 1 fois au total.

Jesus

Illustre autochtone

Citoyen de Capital City

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 13 Oct 2005 6:11
  • Messages: 208
  • Localisation: Jerusalem-sur-seine
  • Dollars: 1 150.00$
Sujet du message:
Publié: 13 Oct 2005 11:33

La guerre est malheureusement un vivifiant économique majeur.

Elle fait notamment tourner les grosses industries d'armement et d'équipement.
Celles-ci aspirent en effet des quantités énormes de matières premières et de carburants, ce qui légitime certaines intrigues et interventions hors du territoire national. Et puis, parfois la guerre vise un objectif économico-stratégique: le pétrole en Irak, les oléoducs au Pakistan...

Aussi, la guerre entraîne avec elle un phénome de progrès technique. Ce dernier appelle la création de nouveaux produits et par là de nouveaux besoins et donc du travail. C'est un effet à moyen et long terme.

Une dernière chose qui me vient aussi, c'est le fait pour la population de prendre peur, de ne pas avoir confiance. Ce qu'il l'ammène à augmenter sa consommation afin de faire des réserves. C'est en revanche un effet à court terme.


On comprend finalement pourquoi certains gouvernements se laisse influencés par le lobby militaire...
:songeur:




Image
In Vino Veritas

Dernière édition par Jesus le 23 Août 2011 8:04, édité 1 fois au total.

Lenny

Administrateur

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 11 Déc 2003 2:49
  • Messages: 5052
  • Localisation: En arrière scène
  • Dollars: 20 000.09$
Sujet du message: Re: [Irak] Guerre économique?
Publié: 13 Oct 2005 20:58

Ptitlouisb a écrit:
Il ajouta dans sa théorie, que les périodes d'expansion de l'économie sont les temps de guerre, et que les dépressions se déroule en temps de paix.


L'économie capitaliste est basé sur un concepte de "destruction créatrice". Ce qui veut dire que pour évoluer elle doit proposer de nouveaux objets techniques, proposer un monde nouveau. Hors, en niveau de paix, les gens prenant plaisir à la vie et limitant leurs besoins, il est normal que l'économie capitaliste stagne. Ainsi, on en vient à une baisse générale de la consommation et de l'activité économique. Mais est-ce forcément mauvais? Personnelement, je suis de ceux qui croient que le bonheur ne se mesure pas en productivité ou par la moyenne des biens des consomateurs. En fait ce que je dis, c'est que les Hommes perdent leur vie à travailler pour des biens matériels qui en fait ne leur apportent aucun bonheur. Vous êtes tous là à divaguer sur des théories de productivité, alors que le bonheur n'est en RIEN matériel. Cette illusion est bien entendu créé par les pincipaux acteurs, donc les plus aliénés, de cette société spectaculaire.

D'un autre côté nous avons les "grands sauveurs de l'économie" qui nous arrivent avec des projets ambitieux. Détruire le monde par la guerre et la terreur pour mieux le reconstruire. Les gens demandent plus de biens, la guerre fait rouler l'économie, et les enfants meurent. Tout ça n'est accessoire pour eux. Une fois la guerre terminée les enfants seront refait (d'où le babyboom), les gens seront riches et surtout... l'économie roulera de nouveau!


Dernière édition par Lenny le 23 Août 2011 8:04, édité 1 fois au total.

kaalvirus

Little Star

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 04 Déc 2003 19:09
  • Messages: 1058
  • Localisation: mtl
  • Dollars: 1 206.00$
Sujet du message:
Publié: 17 Mars 2006 7:35

Irak

Opération offensive majeure à Samarra

Les forces américaines et irakiennes ont lancé une offensive aérienne majeure dans la région de Samarra, dans le centre du pays.
Cette opération, qui a pour nom de code «Swarmer», doit se poursuivre durant plusieurs jours et vise à nettoyer une zone rebelle au nord-est de Samarra, à 95 km au nord de Bagdad.

Les forces armées pourchassent des insurgés au coeur du triangle sunnite, place forte de l'insurrection depuis la chute de Saddam Hussein, il y a trois ans.

Selon le Pentagone, 41 personnes ont été arrêtées et des armes et des explosifs ont été saisis. L'opération est présentée comme la plus importante depuis l'invasion de l'Irak en mars 2003.

Selon l'armée américaine, plus de 1500 soldats irakiens et de la Coalition, plus de 200 véhicules tactiques, plus de 50 avions et des hélicoptères participent à l'opération.

Samarra a été le théâtre d'une attaque contre une mosquée chiite le 22 février dernier, contribuant à l'escalade de la violence entre sunnites et chiites et faisant apparaître le spectre d'une guerre civile.




16 eme édition du journal de spring
http://www.chroniquesdespringfield.fr.tc
Image

Dernière édition par kaalvirus le 23 Août 2011 8:49, édité 1 fois au total.

kaalvirus

Little Star

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 04 Déc 2003 19:09
  • Messages: 1058
  • Localisation: mtl
  • Dollars: 1 206.00$
Sujet du message:
Publié: 03 Avr 2006 0:59

Le Kremlin avait des sources au sein même du Pentagone alors que celui-ci planifiait et mettait en oeuvre l'invasion de l'Irak en 2003, selon au moins deux documents irakiens obtenus par les Américains.
Moscou a fait bénéficier l'ex-président Saddam Hussein de ces renseignements qui concernaient les mouvements de l'armée américaine. Les Irakiens ont ainsi apparemment bénéficié des plans de bataille américains pendant les premiers jours de la guerre, selon un rapport du Pentagone rendu public aujourd'hui.

Ces informations «sensibles» ont été relayées à Bagdad lors des premiers jours de l'invasion à la fin mars et au début avril 2003, période cruciale avant la conquête de la capitale de l'Irak, selon les documents.

Le rapport du Pentagone, qui n'est pas classé secret, n'évalue pas la valeur des renseignements recueillis par Moscou. Il ne donne pas de détails non plus en dehors de la mention de deux documents irakiens selon lesquels les agents russes ont pu s'informer auprès de sources «à l'intérieur du Commandement central américain». Les renseignements étaient transmis à Saddam Hussein par l'ambassadeur de Russie à Bagdad.

Une version secrète («classifiée») du rapport du Pentagone, intitulée «Iraqi Perspectives Project» (plan perspectives irakiennes) n'a pas été rendue publique.

Voici le raport
(en anglais seulement)
http://www.jfcom.mil/newslink/storyarchive/2006/pa032406.htm




16 eme édition du journal de spring
http://www.chroniquesdespringfield.fr.tc
Image

Dernière édition par kaalvirus le 23 Août 2011 8:53, édité 1 fois au total.

kaalvirus

Little Star

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 04 Déc 2003 19:09
  • Messages: 1058
  • Localisation: mtl
  • Dollars: 1 206.00$
Sujet du message:
Publié: 03 Avr 2006 1:02

En lisant l'article de TVA, je me rend compte que leur lien est a chier...




16 eme édition du journal de spring
http://www.chroniquesdespringfield.fr.tc
Image

Dernière édition par kaalvirus le 23 Août 2011 8:53, édité 1 fois au total.

kaalvirus

Little Star

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 04 Déc 2003 19:09
  • Messages: 1058
  • Localisation: mtl
  • Dollars: 1 206.00$
Sujet du message:
Publié: 03 Avr 2006 1:16

Trois ans après le début de l'invasion de l'Irak, alors que le nombre de GI tués dépasse la barre des 2300, le Pentagone veut réduire le nombre de soldats américains exposés au feu ennemi. Mais ce changement de stratégie dépendra largement de la capacité des forces irakiennes à prendre le relais.
Les militaires américains ont déjà commencé à profiter du rôle croissant joué par les forces irakiennes sur le terrain pour mettre certaines unités en retrait. Et ce, même s'ils pensent que les Irakiens auront sûrement besoin à un moment ou à un autre de leur soutien.

«Nous allons devoir nous retirer de certains lieux et déléguer des choses aux Irakiens», a expliqué le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld le 17 février. «Ils auront des difficultés et nous devrons intervenir, les aider, puis reprendre du recul. Ce sera trois pas en avant, un pas en arrière», a-t-il résumé.

Depuis 2003, plus de 2300 soldats américains ont été tués en Irak (dont seulement 139 lors de l'invasion qui a pris deux mois) et 17 000 ont été blessés. Les responsables du Pentagone n'avaient pas prévu que l'invasion, couronnée par la chute rapide de Saddam Hussein, serait suivie par trois ans de conflit meurtrier face à une insurrection insaisissable. Ils n'avaient pas non plus imaginé qu'il faudrait autant de temps pour former une armée irakienne opérationnelle.

«Nous n'avions pas prévu il y a trois ans de créer autre chose que des forces irakiennes symboliques», explique Anthony Cordesman, un expert du Centre pour les études stratégiques et internationales, basé à Washington. «Toute notre stratégie dépend du succès de l'armée et de la police irakiennes, qui comptent aujourd'hui environ 230 000 hommes.»

Selon lui, le Pentagone et l'administration Bush ont largement sous-estimé la difficulté qu'il y aurait à stabiliser le pays. «Nous avons réussi à empêcher l'insurrection de se généraliser mais pas de créer un risque croissant de guerre civile», souligne-t-il. «Nous n'avons pas perdu mais on ne peut pas dire, au moins pour le moment, que nous sommes en train de gagner.»

Chaque mois, les forces irakiennes héritent du contrôle d'une portion plus grande de territoire, même s'ils sont encore accompagnés par des militaires américains faisant office de conseillers, instructeurs ou superviseurs.

Succédant à une unité américaine, une brigade de l'armée irakienne a pris le contrôle d'une partie de Bagdad le 21 février. Selon un officier américain, 60% de la capitale est désormais aux mains des forces irakiennes.

L'objectif affiché par Washington est celui d'un retrait substantiel des GI dès cette année. Dans un rapport publié le mois dernier, le Pentagone a jugé «possible» d'envisager une nouvelle réduction des troupes supérieure au rapatriement de 7000 hommes annoncé par Donald Rumsfeld en décembre. Mais il a également averti que si les forces américaines «pourraient devenir moins visibles» sur le terrain, il pourrait aussi être nécessaire d'augmenter leurs effectifs à un moment donné.

La dernière fois que l'armée américaine avait commencé à réduire sa présence en Irak, début 2004, l'insurrection s'était brusquement intensifiée. Les effectifs américains sont passés de 110 000 hommes en janvier 2004 à 142 000 quatre mois plus tard, et se situent depuis entre 135 000 et 160 000.

Le Pentagone affirme que la formation des forces de sécurité irakiennes progresse mais les officiers américains en charge de cette mission reconnaissent que la tâche est compliquée par la barrière de la langue et de la culture.

Le commandant Rodrigo Mateo, qui a dirigé une équipe d'instructeurs américains l'an dernier, souligne que la qualité des recrues irakiennes est très variable. Selon lui, il est difficile pour les Américains de comprendre les motivations de ces hommes, qui cherchent avant tout à survivre. «Beaucoup rejoignent l'armée irakienne parce que c'est la meilleure solution pour nourrir leur famille et gagner leur vie», souligne le lieutenant-colonel Reginald Allen, instructeur en Irak en 2004.

Comparaisons statistiques entre l'invasion et aujourd'hui
Voici des statistiques sur l'Irak et sur l'opinion des Américains concernant le conflit, avant le début de l'invasion américaine dans la nuit du 19 au 20 mars 2003 et aujourd'hui.


Cote de popularité de George W. Bush
Mars 2003: 67% des Américains, selon un sondage ABC-Washington Post, se disent satisfaits, au moment de l'invasion de l'Irak, de l'action du président américain.
Mars 2006: 37% des Américains approuvent l'action de George W. Bush, chiffre le plus bas depuis le début de son mandat en 2001, selon un sondage AP-Ipsos.

Opinions sur la guerre
Avril 2003: 70% des Américains interrogés jugent l'intervention en Irak justifiée, selon un sondage ABC-Washington Post.
Mars 2006: 29% des personnes interrogées estiment que les résultats de la guerre en valent le coût, selon un sondage CBS.

Opinions sur la gestion du conflit par George W. Bush
April 2003: 71% approuvent la façon dont le président américain gère le dossier irakien, selon une enquête Gallup.
Mars 2006: 39% approuvent la gestion du dossier par M. Bush, selon une enquête AP-Ipsos.

Nombre de soldats américains tués
Mars 2003: 139 durant deux mois d'opérations militaires de grande ampleur aboutissant au renversement du régime de Saddam Hussein.
Mars 2006: plus de 2160 morts depuis l'annonce par George W. Bush de la fin des opérations majeurs de combat, le 1er mai 2003.

Nombre d'Irakiens tués
2003: la direction de la morgue centrale de Bagdad annonce avoir reçu 6000 corps au cours de l'année.
2005: plus de 10 000 corps sont passés par la morgue centrale de Bagdad. Le bilan précis des victimes n'est pas connu, et varie selon les estimations de 30 000 à 50 000 morts, essentiellement civils.

Nombre de soldats étrangers en Irak
Mars 2003: 250 000 pour l'invasion, dont 100 000 Américains et 30 000 Britanniques au sol, le reste étant constitué des forces aériennes et navales dans la région.
Mars 2006: 156 000, dont 133 000 Américains, 8500 Britanniques et 14 500 de 24 autres pays. Les forces de la coalition (38 pays) ont atteint jusqu'à 300.000 hommes.

Effectif des forces de sécurité irakiennes
Mai 2003: 7000 à 9000 hommes fidèles au nouveau gouvernement irakien, selon les estimations de l'Institut Brookings, cercle de recherche et de réflexion américain.
Mars 2006: 232 100 hommes, selon les chiffres du département américain de la Défense. Aucun bataillon irakien n'est actuellement capable de combattre l'insurrection sans aide américaine, ajoute le Pentagone.

Nombre d'attaques quotidiennes de l'insurrection
Juin 2003: huit en moyenne
Janvier 2006: 75, après un pic de 100 attaques quotidiennes en octobre 2005

Coût de la guerre
2003: le Pentagone a dépensé 56 milliards de dollars US au cours de l'année, dont 12,7 milliards de dollars US au cours des deux mois de principaux combats.
Mars 2006: l'Irak représente un coût mensuel moyen de 5,9 milliards de dollars US. Ce chiffre ne comprend pas le coût de remplacement des équipements ni l'entraînement des forces irakiennes.

Coût de la reconstruction
2003: le Congrès américain affecte la somme de 18,44 milliards de dollars US pour la sécurité, l'aide, la réhabilitation et la reconstruction de l'Irak.
Mars 2006: près de 34% de cette somme a été réaffectée pour des dépenses de justice et sécurité. Seuls 10 milliards de dollars US de l'enveloppe octroyée au départ ont été en fait dépensés.

État de la reconstruction
Eau potable: 50% des Irakiens y avaient accès avant la guerre; environ 32% aujourd'hui.
Électricité: elle était disponible de 16h à 24h par jour la veille de la guerre à Bagdad, où vit un cinquième de la population irakienne de 25 millions d'habitants. Désormais, le courant ne fonctionne qu'un peu moins de quatre heures par jour.

Production de pétrole brut: jusqu'à 2,5 millions de barils/jour avant la guerre; 1,84 million aujourd'hui.

Taux de chômage: de 50% à 60% en juin 2003; de 28% à 40% aujourd'hui.

Taux de participation électoral
Avant la guerre: pas d'élections libres depuis 1956.
2005: environ 70% des 15,5 millions d'électeurs inscrits ont voté lors des élections législatives de décembre, selon la commission électorale irakienne.

Données recueillies par Jennifer Farrar du Centre de recherche de l'agence Associated Press (AP). Sources: reportages de l'AP, Brookings Institute, Pentagone, parlementaires du Congrès américain.




16 eme édition du journal de spring
http://www.chroniquesdespringfield.fr.tc
Image

Dernière édition par kaalvirus le 23 Août 2011 8:53, édité 1 fois au total.

kaalvirus

Little Star

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 04 Déc 2003 19:09
  • Messages: 1058
  • Localisation: mtl
  • Dollars: 1 206.00$
Sujet du message:
Publié: 31 Mai 2006 7:27

Des marines soupçonnés d'avoir camouflé un massacre

Un membre du Congrès américain des plus virulent dans ses critiques à l'endroit de la guerre en Irak déclare qu’un haut placé des marines américains a tenté de camoufler le massacre de civils dans la ville d'Haditha en novembre dernier.
Le démocrate John Murtha a tenu ces propos lors d'une émission d'affaires publiques diffusée dimanche par le réseau ABC.

Deux enquêtes sont présentement en cours sur la mort de 24 civils Irakiens qui auraient été abattus de sang-froid par un commando de marines le 19 novembre 2005.

Les forces armées ont déclaré à l'époque que les victimes, dont des femmes et des enfants, avaient été tuées lors d'un échange de coups de feu entre insurgés et soldats à la suite d'une embuscade.




16 eme édition du journal de spring
http://www.chroniquesdespringfield.fr.tc
Image

Dernière édition par kaalvirus le 23 Août 2011 9:10, édité 2 fois au total.

kaalvirus

Little Star

Avatar de l’utilisateur

  • Inscrit le: 04 Déc 2003 19:09
  • Messages: 1058
  • Localisation: mtl
  • Dollars: 1 206.00$
Sujet du message:
Publié: 31 Mai 2006 7:28

Journalistes morts en Irak

Le bilan atteint celui du Vietnam

(D'Après AP)- Le décès de deux membres d'une équipe de la chaîne américaine CBS dans un attentat à la voiture piégée porte le nombre de morts parmi les journalistes à 71 depuis le début de la guerre en Irak.
Il s'agit du même bilan que lors du conflit au Vietnam, le plus meurtrier de l'histoire pour la presse.

Ces listes ne sont pas officielles. Le bureau de Saigon de l'Associated Press a dressé celle concernant les journalistes morts ou présumés morts lors de la guerre du Vietnam entre 1965 et 1975.

Le bilan du conflit irakien a été établi par l'ONG américaine Commitee to Protect Journalists (Comité pour la protection des journalistes-CPJ).

Selon la directrice du CPJ, Ann Cooper, les trois-quarts des journalistes tués étaient Irakiens. Elle précise que 26 personnes ont également perdu la vie en occupant des postes non-rédactionnels pour différents médias en Irak.

Selon une autre ONG, Freedom Forum, 63 journalistes ont été tués au Vietnam et 77 en Irak.


-TVA




16 eme édition du journal de spring
http://www.chroniquesdespringfield.fr.tc
Image
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
 Page 1 sur 1 [ 9 messages ] 

Permissions du forum
Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Aller vers:  

Connectez-vous et faites un don pour faire disparaitre cette publicité!

Notification

Untel à fait tel affaire cool et voici peut-être un lien...

SimpsonsCity.com est un forum sur le thème des Simpson sous forme d'une ville virtuelle. Avec une monnaie virtuelle, tu pourras jouer à des jeux en ligne, des concours et bien plus encore !